Comprendre la santé mentale

 

Trauma

 

Qu’est-ce qu’un événement traumatique?

Un événement traumatique est un incident stressant ou une série d’incidents qui précipitent l’érosion significative d’anxiété et d’agitation au sein du milieu scolaire. Il est reconnu que dans la vie quotidienne de l’école il y a une multitude d’évènements qui génèrent de l’anxiété ou qui sont stressants qui doivent être gérés efficacement. Cependant, il existe un éventail d’événements qui nécessitent une approche plus dirigée pour assurer la sécurité de tous au sein de l’école et réduire l’intensité des réactions émotives face à ces événements. Certains de ces événements traumatiques incluent :

  1. Violence ou menace de violence

  2. Accidents tragiques conduisant à des blessures sévères ou à la mort

  3. Suicide

Dans ces circonstances, l’école doit répondre efficacement pour encadrer les situations potentiellement instables, donner des directives au personnel et pour limiter de nouvelles conséquences négatives. La pratique basée sur les données probantes indique que des interventions spécifiques sont nécessaires au sein de l’école pour éviter la panique, atténuer les réactions négatives et revenir au fonctionnement normal de l’école le plus facilement possible. Les interventions suite à un événement traumatisant impliquent deux activités importantes intimement liées prises pour maintenir et restaurer l’ordre et pour offrir un support émotionnel et psychologique. Les mesures administratives, telles qu’informer les membres du personnel de l’événement traumatisant et développer un plan d’action avec eux, démontre que la situation est sous contrôle et que toute le milieu scolaire est sûr et sans danger. Le support émotionnel et psychologique est offert pour aider les membres du milieu scolaire à composer avec les pensées et les émotions troublantes qui résultent d’être exposés à une situation tragique.

 

Ce que les écoles peuvent faire

Traditionnellement, lors de situations de crises ou d’évènements traumatiques, les écoles faisaient appel à des professionnels formés en santé mentale pour offrir le support psychologique. La recherche récente dans ce domaine suggère que les professionnels (psychologue, conseiller en orientation, conseiller pédagogique, animateur spirituel, travailleur social de l’école, etc.) familiers avec l’environnement de l’école et connus par les membres du milieu scolaire seraient les plus appropriés pour offrir un support plus compatible avec le climat et la culture de l’école.

 

Première réponse

Faisant suite à un événement traumatique, il est important que les interventions tant administratives que psychologiques se basent sur une analyse de la situation, une évaluation des divers besoins en gardant un focus sur les personnes qui sont les plus vulnérables et l’implantation d’une variété d’interventions répondant de façon appropriée aux besoins identifiés. Une approche basée sur les données probantes pour offrir un support approprié suite à un événement traumatisant est la « Première aide psychologique », « Psychological First Aid ». Ce modèle met l’emphase sur procurer du confort, des soins et aider le rétablissement naturel. Les 8 étapes du « Psychological First Aid » sont :

  1. Contact et engagement

  2. Sécurité et confort

  3. Stabilisation

  4. Collecte d’information : besoins actuels et inquiétudes

  5. Assistance concrète

  6. Connexion avec les divers supports sociaux

  7. Informations sur les mécanismes d’adaptation

  8. Liens avec les services collaborateurs.

 

La sollicitude et l’intérêt manifestés aux élèves par des enseignants et un principal qui les connaissent bien et sont près d’eux quotidiennement offrent ce type de support émotionnel et psychologique. Partager des moments où on pleure ensemble et où l’enseignant serre l’élève dans ses bras est une intervention extrêmement puissante.

 

Le «National Child Traumatic Stress Network and the National Center for PTSD” a rendu disponible la deuxième édition du “Psychological First Aid Field Operations Guide ». Référer à :  http://www.nctsn.org/content/psychological-first-aid

 

Lorsqu’on offre du support aux écoles suite à un événement traumatisant, il est important de se rappeler que tous ne vivent pas un événement tragique de la même manière. Quand un milieu scolaire est exposé à un événement traumatisant, il est tout à fait normal d’expérimenter un éventail de réactions psychologiques, comportementales, cognitives et émotionnelles. Généralement trois types de réactions se produisent. Les individus qui sont intimement impliqués dans un événement tragique sont souvent en réaction de choc, d’incrédulité et de peur laissant la voie à des sentiments d’anxiété, de colère et de tristesse. Ces réponses sont des réactions de stress normales et temporaires. Quoique les réactions de stress temporaires soient prévisibles, certaines personnes peuvent développer des réactions au stress plus graves et subséquemment des troubles de stress post traumatiques. Quand l’événement traumatique implique une mort, il est prévisible que certaines personnes du milieu scolaire vont ressentir des sentiments d’extrême tristesse, de perte et de vide ou une réaction de deuil. La réaction de deuil peut être vécue par les personnes qui étaient très proches ou qui avaient un attachement spécial avec la personne décédée. Les réactions initiales de deuil peuvent faire place à un deuil à long terme et compliqué. Quand une mort survient par suicide, les individus plus vulnérables du milieu scolaire peuvent développer un plus grand sentiment d’impuissance et de détresse et avoir des réactions suicidaires.

Plusieurs facteurs influencent la nature et la sévérité de ces réactions chez les individus incluant la proximité vécue avec l’incident ou la victime, les vulnérabilités préexistantes (problèmes psychosociaux ou de santé mentale), les expériences personnelles (maladie ou décès récents d’un être cher) et pour les élèves, leur développement cognitif et émotionnel. La reconnaissance de ces types et de ces intensités de réactions revêt une implication importante dans la planification d’interventions réalistes et efficaces à la suite d’un événement traumatique. Clairement, toutes les interventions mises en place devraient se baser sur une analyse des différents besoins individuels. Les interventions massives, à la grandeur de l’école, qui ne tiennent pas compte des besoins individuels variés peuvent causer un niveau accru d’inconfort et de détresse dans l’école. Une attention particulière doit être portée sur les interventions mises en place suite à un suicide. Les études révèlent que les interventions qui par inadvertance glorifient, dramatisent ou valident le suicide comme une réponse possible en réponse à un problème augmente la probabilité de contagion et le risque de crises suicidaires.

Pour un programme complet d’interventions à l’école suite à un suicide, référer à : 

http://www.aqps.info/media/documents/postvention.pdf  

http://www.maine.gov/suicide/docs/Guideline.pdf

 

La plupart des élèves et des membres du personnel se remettent d’un événement traumatique sans beaucoup d’intervention formelle en utilisant leur système de support traditionnel tels les parents, la famille, les amis, les affiliations religieuses, etc. Un des premiers objectifs des interventions à l’école est de faciliter et d’encourager l’occurrence de ces systèmes de support. Dans la réalité de la société actuelle, l’enseignant joue un rôle significatif en offrant des guides émotionnels et sociaux et du support aux élèves quand ils font face à des situations difficiles. Les enseignants rapportent qu’ils croient être les mieux placés pour offrir aux élèves le support nécessaire suivant une crise, mais parfois ils se sentent incertains face à quoi dire ou comment intervenir. De même, alors que les écoles encouragent les élèves à parler à leurs parents de leurs sentiments et de leurs réactions, certains parents peuvent se sentir peu équipés pour répondre adéquatement. De façon à supporter les enseignants et les parents, des fiches d’informations peuvent être préparées sur des thèmes qui incluent notamment les signes avant-coureurs de détresse, les réactions possibles des enfants, comment répondre à leurs questions ou comment les rassurer. 

Pour des feuillets complets de conseils pour les enseignants et les parents, référer à :

Nous avons tendance à ne pas parler de maladie, d’accident ou de mort. C’est compréhensible, ce ne sont pas des sujets plaisants. Cependant, quand une tragédie s’abat, nous sommes sous le choc et nous pouvons ne pas nous sentir prêt à faire face à la situation. Presque tous ceux qui sont affectés, que ce soit un gestionnaire, un psychologue, un parent ou un élève, ont une réaction première similaire et se demandent comment ils vont être capables de gérer la situation. La vérité est que tout le monde gère et compose avec la situation. Certains le font un peu mieux, d’autres pas aussi bien, mais tout le monde y fait face. Nous pouvons sentir que la prochaine fois que nous serons confrontés à une situation similaire, nous serons mieux préparés. Cependant, nous espérons toujours qu’il n’y aura pas de prochaine fois.

 

 

Welcome
Promoting mental health to strengthen school communities