Comprendre la santé mentale

 

Résilience

L’importance de construire la résilience chez les élèves :

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certains élèves sont particulièrement bons pour faire face aux hauts et aux bas de la vie et semblent avoir une attitude positive envers la vie? Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les individus approchent la vie à leurs façons, mais ceux qui sont bons à s’adapter et à rebondir face aux défis de la vie ont un point en commun: la résilience.

La résilience n’est pas une chose spécifique en soi mais une combinaison d‘habiletés et d’attributs positifs que les individus acquièrent à travers leurs expériences de vie et leur relations. Ces qualités les aident à résoudre des problèmes, à composer avec les défis et à rebondir face aux déceptions. Être capable de composer avec ces revers et ces transitions est un facteur clé pour une santé mentale positive ainsi que des réussites scolaires et relationnelles.

La résilience ne peut pas se manifester sans la présence de deux facteurs: le fonctionnement adaptatif et l’exposition aux risques ou à l’adversité. Un enfant qui fonctionne bien mais qui n’a pas fait face à des hauts niveaux d’adversité ne sera pas considéré comme résilient. Dans la pratique, en travaillant la résilience, il est important de bien comprendre les trois composantes principales de la résilience : les facteurs de risques, les facteurs de protection et le fonctionnement satisfaisant.

La résilience est hétérogène, c’est un processus à divers niveaux qui implique la personne, le niveau de risque de la famille et de la communauté et les facteurs de protection. Les facteurs de risques sont ceux qui augmentent la probabilité d’une issue négative. La recherche suggère que le nombre de risques et la chronicité de l’exposition aux risques sont plus importants qu’un risque donné.

Les facteurs de protection sont ceux qui réduisent ou mitigent les impacts négatifs des facteurs de risques et qui opèrent aux niveaux des personnes, de la famille, de l’école et de la communauté. Ils varient selon l’âge et le niveau de développement ainsi que du type d’adversité rencontré. Des exemples de facteurs de protection incluent :

Facteurs individuels :

  • Autorégulation émotionnelle

  • Un sens d’accomplissement et de maîtrise

  • Un sens de contrôle sur les résultats

Facteurs familiaux et scolaires :

  • Relation proche avec au moins un aidant

  • Relation de confiance et de proximité avec un adulte à l’école (i.e., enseignant, administrateur)

  • Climat scolaire positif, sentiment d’appartenance et attachement vis-à-vis l’école

Facteurs communautaires :

  • Implication dans des sports ou des activités organisées

  • Accès à des ressources de support

  • Mentorat externe

  • Famille connectée et intégrée à la communauté

 

Pour bâtir la résilience chez les enfants, il est impératif de mettre l’emphase sur la réduction des facteurs de risques et d’améliorer les facteurs de protection; un fonctionnement adapté, une compétence et des résultats positifs étant les indicateurs clés de la résilience. Pour plus d’information sur la résilience, cliquer sur ce lien.

Déterminer comment et quels processus de protection et de risques sont impliqué est essentiel pour bien planifier des interventions efficaces. Une sphère qui émerge comme étant une intervention efficace pour les écoles est l’Approche basée sur les forces qui met l’emphase sur les forces (Ex. compétences, ressources, caractéristiques personnelles, intérêts, motivations) de l’élève, de la famille ou de la communauté. L’Approche basée sur les forces repose sur les prémices que le processus de développement est naturellement orienté vers une croissance saine et un accomplissement et que chacun possède les forces pour les aider dans ce processus. L’Approche basée sur les forces implique de migrer du focus traditionnel des déficits vers des interventions qui incluent les habiletés et les ressources de l’élève. Ceci est en ligne avec les résultats de recherches qui démontrent que la plupart des personnes vont bien faire en dépit de l’exposition à de grandes adversités.

Augmenter la résilience en utilisant les interventions basées sur les forces veut dire incorporer et améliorer les capacités des élèves. Ces capacités incluent les ressources, les qualités, les caractéristiques et les habiletés qui vont aider les élèves à se remettre d’évènements ou de sentiments négatifs, à composer avec des défis et des adversités et à reconnaitre quand les choses ne vont pas bien. Des exemples de capacités pouvant être intégrées dans les interventions avec les élèves incluent :

  • Améliorer les relations et tendre la main :  Favoriser un climat scolaire positif créant le développement d’un sentiment d’appartenance chez les élèves et le personnel. Encourager les élèves à se tourner vers les adultes pour du support et des stratégies pour composer au mieux avec les défis de la vie.

  • Habiletés émotionnelles : Enseigner aux élèves des habiletés d’autorégulation des émotions et comment composer au mieux avec les stress quotidien et les situations d’adversité. Encourager les élèves à pratiquer ces habilités et faire remarquer l’importance d’apprendre à gérer ses émotions pour ne pas se sentir submergé par celles-ci.

  • Compétence, habiletés : Enseigner aux élèves la pensée positive et comment regarder les situations avec une vision du monde plus pondérée. Les pensées négatives peuvent brouiller nos capacités à réagir à une situation et à trouver des solutions. Prendre du recul face à un problème, y voir clair et écouter toutes les pensées alternatives possibles sont des façons plus efficaces de résoudre des problèmes et d’avoir un impact sur ce qui se passe dans notre vie. Renforcer ces aspects chez les élèves peut être un outil très puissant face au changement.

  • Optimisme: Encourager les élèves à évaluer les situations avec une attitude positive empreinte d’espoir. La façon dont nous considérons une situation va souvent influencer son issue. Voir le monde à travers des lentilles positives et promouvoir que les situations peuvent s’améliorer vont avoir un impact significatif sur le résultat.

Pour plus d’information sur comment aider les élèves à développer leurs capacités à différents stades de développement, cliquer sur les liens suivants :

  • Pour plus d’information sur comment aider les élèves à développer leurs capacités à différents stades de développement, visiter ce site.

MindMatters est un exemple d’une initiative australienne qui opère dans des écoles secondaires visant à favoriser les habiletés sociales et émotionnelles des jeunes pour faire face aux défis de la vie. Pour plus d’information sur cette initiative, cliquer sur le lien suivant:  www.mindmatters.edu.au.

Un autre programme qui peut être utilisé par toutes les écoles primaires et secondaires est le “Resilience Doughnut”, crée par Lyn Worsley. Il vise à offrir un processus à travers lequel les enseignants, les élèves et les parents peuvent bâtir chez l’enfant un sentiment d’optimisme et d’espoir. Pour plus d’informations sur ce sujet, cliquer sur le lien suivant: www.theresiliencedoughnut.com.au

 

Pour plus de ressources sur comment bâtir la résilience chez les élèves, cliquer sur les liens suivants :

 

 

Welcome
Promoting mental health to strengthen school communities