Comprendre la santé mentale

 

Troubles psychotiques

 

Les troubles psychotiques sont des conditions médicales dans lesquelles la personne expérimente une psychose. La psychose ou un épisode psychotique est considéré comme un problème de santé mentale grave associé à des symptômes qui peuvent causer une perturbation sévère de la perception, de la pensée, des émotions et du comportement. Plus spécifiquement, les symptômes de la psychose empêchent la personne de penser clairement, de faire la différence entre la réalité et l’imagination et d’agir de façon appropriée ayant souvent des agissements bizarres. La personne aux prises avec une psychose ressent souvent une grande détresse, se sent accablé et éprouve des difficultés à fonctionner dans la vie quotidienne. Reconnaître et identifier les signes avant-coureurs est très important car l’intervention précoce peut réduire la sévérité de l’épisode psychotique et aider à ralentir la progression de la maladie et de ses impacts sur la personne et sa famille.

Symptômes associés aux troubles psychotiques :

  • La présence de changement dans les habitudes d’alimentation et de sommeil, une humeur changeante, un manque de motivation et une difficulté de concentration ou de maintien du niveau de fonctionnement antérieur au travail, à l’école ou dans les activités quotidiennes.

  • Présence d’hallucinations : la personne entend, voit (dans certains cas sent ou ressent) des choses qui ne sont pas présentes dans son environnement. Par exemple, une hallucination courante est que la personne entend des voix dans sa tête.

  • Un délire peut aussi être présent : la personne croit en des choses qui sont objectivement non-fondées et qui sont souvent étranges ou bizarres. Par exemple, croire que vos amis lisent dans vos pensées et complotent contre vous; ou croire que votre nourriture a été empoisonnée.

  • La pensée apparaît souvent désorganisée, la personne peut sembler confuse et se comporter de façon bizarre.

  • Symptômes d’anxiété et de dépression souvent présents.

  • Les symptômes peuvent se développer graduellement (parfois sur plusieurs mois) ou apparaître plus soudainement.

 

Traitement:

Le traitement de la psychose implique habituellement une combinaison de plusieurs suivis thérapeutiques :

  • Médication antipsychotique qui peut aider à soulager les symptômes de la psychose. Certaines personnes peuvent nécessiter une médication antipsychotique sur une base courte terme seulement. D’autres personnes en prennent pour plusieurs mois ou, dans certains cas des années pour prévenir la récurrence des symptômes.

  • Thérapies psychologiques: une variété de thérapies et d’approches se sont avérées efficaces pour aider la personne vivant une psychose et sa famille. Les psychothérapies (telle la thérapie cognitivo-comportementale) peuvent aider la personne à composer avec les problèmes de la pensée, le raisonnement, la perception et la résolution de problèmes. La thérapie familiale et la psychoéducation aident la personne et sa famille à mieux comprendre le désordre et ses implications et apprendre des stratégies pour faire face aux divers défis. La thérapie de groupe offre un support des pairs qui permet d’apprendre à développer des interactions sociales saines et à développer des stratégies pour composer avec la vie quotidienne (travail, études, socialisation et communauté).

  • Support social : Aider la personne à avoir des contacts sociaux est essentiel. Additionnellement, il est souvent nécessaire d’apporter un support pour les besoins en lien avec les études et l’emploi, où des accommodations sont parfois requises pour aider la personne à reprendre un fonctionnement approprié dans la communauté.

 

Les désordres psychotiques chez les enfants te les adolescents :

Les troubles psychotiques sont rarement diagnostiqués dans l’enfance. Cependant, plus tard dans l’adolescence, ils deviennent plus prévalents, quoique tout de même rares (prévalence estimée à 1%). Les adolescents qui souffrent d’un trouble psychotique ou qui vivent un épisode psychotique ont souvent d’autres problèmes de santé mentale tels que la dépression, l’anxiété et même des comportements suicidaires. De plus, un adolescent ayant un diagnostic de psychose expérimente souvent des problèmes dans les fonctions cognitives (difficulté à traiter les informations, moins bonnes attention et mémoire) et par moments éprouve même des difficultés de langage ou au plan moteur. Ces problèmes peuvent interférer avec la capacité de l’adolescent à fonctionner de façon autonome et peuvent conduire à des problématiques de réussite académique et détériorer le fonctionnement social.

 

Qu’est-ce que les parents et les familles peuvent faire pour aider?

  • Reconnaître que votre adolescent a besoin de support à plusieurs niveaux (famille, école, social) et que ce support peut être nécessaire à long terme.

  • Contrôler la médication car l’adolescent peut avoir de la difficulté à la prendre régulièrement (dû aux effets secondaires, déni de la maladie, ou ne pas vouloir être différent) et discuter des problèmes avec l’équipe médicale.

  • Les parents doivent encourager et soutenir les habitudes de vie saines telles une bonne alimentation, un nombre d’heures de sommeil suffisant et l’activité physique.

  • Tenter de trouver des façons de réduire le stress dans l’environnement de l’enfant (telles réduire les stimulations, s’assurer que les demandes ne sont pas écrasantes).

  • Aider votre enfant ou votre adolescent à reconnaître que vous êtes là pour eux (par exemple vous pouvez dire : « Comment puis-je t’aider? »; « Je suis là pour toi; je me soucie de toi » etc.).

  • Si votre enfant expérimente des symptômes bizarres (tels que des hallucinations), demeurer calme, compréhensif et ne pas juger.

 

Qu’est-ce que l’école peut faire pour aider?

  • Si l’élève a été absent de l’école pour une période prolongée, il est important de l’aider et de le supporter pendant sa réintégration scolaire. L’élève peut nécessiter une réintégration progressive.

  • A l’école, un contact devrait être établi avec un membre du personnel de support (psychologue, conseiller etc.) tant pour le support personnel que pour faciliter le rattrapage scolaire si nécessaire.

  • Le support à l’école inclue :

    • S’occuper de l’anxiété et du stress relié au travail académique (par exemple offrir des temps d’arrêt et des possibilités de se relaxer ou se ressaisir au besoin; allouer plus de temps pour compléter un travail ou réduire la charge.

    • Offrir un support éducatif et académique à l’élève.

    • Aider à faciliter les interactions positives avec les pairs et promouvoir les interactions sociales.

  • Aider à faciliter l’accès aux supports communautaires est aussi important

 

Liens pour plus d’informations:

 

 

Welcome
Promoting mental health to strengthen school communities